Histoire

Sillegny est un village de la vallée de la Seille, la « Vallée du Sel », à 15 kilomètres au sud de Metz. Il fait partie du canton de Faulquemont.

1200px-Blason_ville_fr_Sillegny_57

Un peu d'histoire

En savoir plus

La Saint Christophe

En savoir plus

Un peu d'histoire

Sillegny est un village de la vallée de la Seille, la « Vallée du Sel », à 15 kilomètres au sud de Metz. Il fait partie du canton de Faulquemont.

Le hameau de LOIVILLE, situé à 1 km, fait partie du village de Sillegny. Au XV ème siècle il était appelé LOYVEILLE SUR SAILLE et possédait une ferme château. En 1674 le hameau de Loiville comptait 113 personnes.

Depuis les temps les plus reculés, cette région du « Pays Messin » a toujours été occupée par l’homme. Le long des cours d’eau, les Romains avaient développé des domaines ruraux dont les noms se terminaient par « iacum » qui deviendra « y » comme Lorry, Mardigny, Cuvry, Sillegny…

Au XIème siècle, le village était un bien de l’abbaye Saint Pierre de Metz.

Au XIIème siècle, Soleignie fut attribué à l’évêché de Metz.

On trouve trace de SILLEGNY dès 1162 sous SOLIGNEI, en 1226sous SULINGNI, en 1228 sous SOLLENGNY et en 1246, l’évêque Jacques de Metz donne SULIGNEI en fief à l’abbaye Sainte Marie qui le garde jusqu’à la Révolution française. En 1307, Sillegny est le siège d’un « archiprêtré », c’est à dire d’un chapitre rural qui comprenait également Cuvry, Rozérieulles, Jussy, Moulins, Ancy, Marly, Scy, Saulny, Lessy, Châtel-Saint-Germain, Woippy, Ars et Jouy-aux-Arches. En 1348, Sillegny n’est pas épargné par la famine et la peste qui sont particulièrement meurtrières. En 1404, la liste des villages l’indique sous SELIGNY. Sillegny ne reste pas à l’écart des grandes querelles religieuses au moment de la Réforme et du Concile de Trente. Vers la fin de la guerre de Trente ans, Sillegny échappe à la destruction par les Suédois (1635) et devient un lieu de pèlerinage. En 1642 le village se nommera SILIGNY, en 1756 SILLIGNY, enfin c’est au cours du XVIIIème siècle qu’il pris le nom qu’il porte aujourd’hui.

Lors de la deuxième guerre mondiale et plus précisément en novembre 1944 à la Libération, le village a été détruit à prés de 95 %. Les habitants de Sillegny ayant été expulsés à MAUVEZIN dans le GERS durant le conflit, c’est un village à reconstruire qui les attendait en 1945.

En 1949, le village reçut la CROIX DE GUERRE 1945.

Le 31 mars 1986, la charte de jumelage entre les communes de Mauvezin et Sillegny était signée en la mairie de Mauvezin.

Par délibération du Conseil Municipal du 30 juin 1999, les habitants du village se dénommeront: SILLEGNOIS et SILLEGNOISES.

Le 5 mars 2003, le conseil municipal a accepté à l’unanimité l’arrêté du Préfet du Département n° 2002-DRCL/1-073 en date du 23 décembre 2002 fixant la liste des communes incluses dans le projet de périmètre de la Communauté de Communes du Vernois. Sillegny fait partie de la Communauté de Communes du SUD MESSIN.

Pour en savoir plus sur l’histoire de Sillegny, vous pouvez acheter le livre sur l’histoire de la commune, des origines aux années 1950. 

Pour en savoir plus cliquez ici 

 

La Saint Christophe

Saint Christophe est bien chez lui à Sillegny dans cette vallée qui lui rappelle le miracle qu’il a vécu.

La rivière coule aux pieds de l’église où un peintre anonyme a brossé le portrait et l’aventure de Saint Christophe qui est bien chez lui à Sillegny dans cette vallée qui lui rappelle le miracle qu’il a vécu. Qui arriva le jour où il fut invité à transporter l’enfant Jésus.

Le tableau montre le géant s’avançant au milieu des dangers de la vie symbolisés par des poissons et par un prêtre éclairant le monde.

Tout commençait un dimanche matin par une messe célébrée en plein air. Une foule compacte se pressait sous les arbres de la place pour entonner de vibrants cantiques. Dès la fin de la messe, les automobilistes présentaient leurs véhicules lors d’un défilé haut en couleurs.

Les automobiles recouvertes de fleurs, de rubans étaient présentées au prêtre qui les bénissait en demandant à Saint Christophe de protéger les chauffeurs et leur famille.

L’après-midi, c’était le défilé des chars venus de quinze villages du canton de Verny. La société de musique d’Hagondange ouvrait la marche ainsi qu’un groupe de majorettes.

Chaque année avait son thème. En 1968, c’était l’histoire de France qui était présentée aux milliers de spectateurs qui se pressaient le long des rues. Les jeunes rivalisaient d’imagination en présentant Henri IV et sa poule au pot, les trois mousquetaires, le moulin de Valmy, Louis XV et sa cour. Une autre année les chars représentaient des fables de la Fontaine. Chaque réalisation provoquait des applaudissements mérités.

Venaient ensuite des jeux, des concours de tirs, de fléchettes.

Les enfants se pressaient sur les manèges et les plus vieux se partageaient une bonne bouteille de vin des côteaux voisins.

Le Grand Saint de l’église de Sillegny venait d’accomplir un second miracle en réunissant des communautés voisines pour réaliser une grande fête populaire.

Beaucoup, à regret, se souviennent de cette fête qui avait lieu au cœur de l’été dans la riante vallée de la Seille où finissaient de mûrir les blés.

Auteure : Julie LESPAGNOL Session 2007